La modélisation système avec SysML


- par Agusti Canals -


La première version officielle de SysML (1.0)  a été publiée par l’OMG (Object Management Group) en automne  2007, nous en sommes actuellement à la version 1.3, publiée au printemps 2012, (A noter que la 1.4 est disponible en mode « beta » depuis mars 2014). Le nom SysML est une contraction de « UML » (Unified Modelling Language : notation utilisée pour modéliser un logiciel) et « SYSTEME ».

SysML met à notre disposition un ensemble de diagrammes permettant de modéliser (représenter) un système à travers différents points de vues, cet ensemble est équivalent à une boîte à outils (Marteau, tournevis …), chaque diagramme ayant une fonction bien précise (Analyse du comportement, analyse fonctionnelle …).

Mais comme nous le savons tous pour fabriquer une étagère avec des outils, il faut une méthode nous permettant d’enchainer les étapes et d’utiliser le bon outil au bon moment, dans le cas contraire, le résultat n’est pas du tout garanti. Que se passe-t-il si on lime une planche avec un marteau ? Je vous laisse imaginer le résultat !!!

SysML (comme UML) n’est  pas une méthode mais une notation. Chaque équipe système, ou mieux, chaque société d’ingénierie, doit mettre en place une méthode spécifique (exemple : SysML-CS) adaptée à son métier, pour utiliser la notation de manière efficace.
Nous avons donc la méthode et la notation, mais est-ce suffisant ? La réponse est non, en effet les architectes système ont un vocabulaire métier, des approches établies  … et SysML les déplace vers un autre monde, nous pourrions presque dire une 4ième dimension !  Un accompagnement au changement est indispensable. Mais est-ce suffisant ? Non, toujours pas !!!! II nous faut un outil performant facile à utiliser, permettant de modéliser de manière collaborative,  de gérer le modèle en configuration, de suivre (tracer) les besoins, de générer la documentation …

L’utilisation de la notation (SysML), en suivant une méthode (SysML-CS par exemple) et un accompagnement au changement (formation, support …), le tout instrumenté via un outil performant et facile à utiliser, sont les conditions nécessaires pour une modélisation système réussi.

A noter qu’Il existe une alternative à SysML (dont nous parlerons lors d’une prochaine publication) : l’utilisation d’un DSL (Domain Specific Language), un langage dédié. Là aussi il faut disposer d’une méthode d’un accompagnement et d’un outil performant. Le choix entre SysML ou un DSL est à faire au cas par cas en fonction des besoins, des équipes et des moyens.
 
Pour avoir une vue générale de la notation SysML,  vous pouvez consulter l’article publié dans la revue Techniques de l’ingénieur : « SysML : une notation pour spécifier et concevoir des systèmes » : Référence H3885 | Date de publication : 10 août 2015
 


Des centres d'excellence technologiques